Imprimer

Dans le n° 92 - Mars 2017

Mots clés associés : Risques psychosociaux


La prise de conscience des risques psychosociaux touchant le personnel médical à l'hôpital

L'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a publié récemment un rapport1 dressant un bilan des risques psychosociaux (RPS) concernant le personnel médical hospitalier. Le constat est sans équivoque ; les professionnels sont en souffrance, étudiants et jeunes médecins compris.

Dans un environnement hospitalier en proie à de profondes mutations, les pratiques et responsabilités des personnels médicaux se sont transformées depuis ces dernières années ; la nécessité de bâtir une véritable politique de ressources humaines médicales pour cette catégorie d'acteurs s'est fait ressentir, mais elle fait défaut pourtant encore aujourd'hui. " Longtemps la politique des ressources humaines médicales à fait figure d'exception à l'hôpital. La spécificité de l'exercice et du statut médical semblait ne pas appeler le développement des mêmes politiques que celles déployées vis-à-vis du personnel non médical ", souligne la lettre de mission de la Ministre de la santé2.

Au coeur des préoccupations figurent les facteurs de risques auxquels peuvent être exposés les professionnels médicaux des établissements de santé. Ceux-là peuvent être de plusieurs natures (physiques, médicaux, psycho-sociaux...), trouvant leurs origines dans le mode d'exercice, le lien avec les malades et leurs proches ou encore les relations inter-personnelles au sein des équipes médicales et avec la direction, qui peuvent dégénérer et conduire à des conflits ouverts voire graves, aux conséquences parfois dramatiques. La lettre de mission fait notamment référence au suicide du Professeur Jean-Louis Mégnien en décembre 2015, sur son lieu de travail, l'hôpital Georges Pompidou à Paris. Cet évènement a suscité beaucoup d'émotions et de réactions, en particulier au sein de la communauté médicale. Une association du même nom que le médecin décédé est née quelques semaines plus tard à l'initiative de plusieurs praticiens.

A partir de l'état des lieux établi par l'IGAS, un certain nombre de préconisations ont été formuées afin de renforcer le système de prévention et de gestion des risques psychosociaux dans les établissements de santé. A été proposée notamment la création d'une mission nationale, chargée de porter la stratégie nationale d'amélioration de la qualité de vie au travail et de prise en charge des RPS du personnel médical hospitalier et plus globalement de tous les soignants. La Ministre de la santé a annoncé fin 2016 la naissance de cette stratégie nationale et aura très peu attendu avant de nommer en janvier Edouard Couty, le médiateur national, chargé de construire le dispositif de médiations, dédié à l'accompagnement du dénouement des situations les plus complexes.

La prise de conscience par les pouvoirs publics est bien réelle et nous ne pouvons qu'espérer que les recommandations de l'IGAS soient suivies de retombées positives. Début février la commission des affaires sociales du Sénat a mené plusieurs auditions et a notamment entendu les représentants des syndicats de praticiens hospitaliers. " Le constat des difficultés actuellement ressenties par les personnels hospitaliers n'a pas été contesté, y compris par les représentants des établissements et ceux du ministère de la santé, même si bien entendu des nuances sont apparues dans la mesure du phénomène et l'identification de ses causes ", a rappelé son Président Alain Milon3.

 


Notes :

(1) " Etablissements de santé : risques psychosociaux des personnels médicaux : recommandations pour une meilleure prise en charge. Mise en responsabilité médicale : recommandations pour une amélioration des pratiques ", rapport de l'IGAS, décembre 2016.

(2) Lettre de mission de la Ministre de la Santé du 24 février 2016 adressée à Pierre Boissier, Chef de service de l'IGAS.

(3) Commission des affaires sociales du Sénat du 8 février 2017.



recevoir la newsletter