Edito

Les points de vues et perspectives sur les ressources humaines du secteur sanitaire, social et médico-social

 

Dans le n° 52 - Juillet 2013

Le programme santé un an après : pré-bilan


Élu il y a maintenant un an et alors que l'action du président de la République ne suscite l'adhésion que d'une minorité de Français aujourd'hui, il semble utile de revenir sur les engagements qui figuraient dans le programme santé du candidat à la présidence, du moins sur ceux d'entre eux qui impactaient directement ou indirectement l'hôpital, et de les metten perspective avec les mesures d'ores et déjà mises en oeuvre.

C'est ainsi qu'au titre de la politique hospitalière, le programme santé prévoyait :

Lire la suite

Dans le n° 51 - Juin 2013

Les horaires en 12 h : stop ou encore ?


Le colloque de l'Adrhess du 4 avril 2013 sur la gestion du temps de travail à l'hôpital a été l'occasion d'aborder, à partir d'un travail de recherche de l'EHESP, la question controversée des horaires en 12h.

Les échanges entre les participants, ainsi que les réactions qui ont suivi ce colloque, ont montré combien les avis des professionnels pouvaient diverger sur une question pourtant très emblématique de l'évolution de la gestion du temps de travail à l'hôpital.

Lire la suite

Mots clés : Organisation du temps de travail, Organisation du travail, Temps de Travail

Dans le n° 50 - Mai 2013

Mais qui donc fait et fera demain la politique de santé ?


Y a-t-il une politique de santé dans notre pays ? Y a-t-il une ou des politiques de santé en France? Et, si d'aventure la réponse à l'une de ces questions est affirmative, qui donc fait la politique de santé chez nous? Ces interrogations vous laissent quelques instants songeurs ? C'est alors bien le signe du manque de lisibilité de la politique de santé dans l'hexagone...

Hier encore, celle-ci semblait principalement découler des travaux des hauts fonctionnaires. Plus récemment l'on a pu dire qu'elle était avant tout aux mains des économistes de la santé tandis que le contexte général de l'élaboration des réformes de ces dernières années témoignait de l'importance des lobbies: fédérations hospitalières, assureurs, mutualité ou encore industriels. Sans compter les obédiences maçonniques, longuement auditionnées par les pouvoirs publics lors de la préparation des dernières grandes lois sanitaires (loi Léonetti ou loi de bioéthique de 2011).

Lire la suite

Dans le n° 49 - Avril 2013

Suppression du jour de carence dans la fonction publique : quelques effets pervers sont à craindre


Pour les directions d'établissement, l'annonce de la suppression du jour de carence dans la fonction publique par le gouvernement à compter de 2014 n'est peut être pas une bonne nouvelle. Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF), ne s'y est pas trompé qui a fait connaître son opposition à cette mesure en indiquant que la mise en oeuvre d'un jour de carence dans la fonction publique hospitalière en 2011 avait fait chuter l'absentéisme dans les hôpitaux de 3 à 7% en un an, cette diminution pouvant même atteindre 20% dans certains établissements...

Pourtant la ministre de la fonction publique, Marylise Lebranchu, justifie cette mesure en invoquant l'aspect " injuste, inutile et inefficace " du jour de carence mis en oeuvre par le précédent gouvernement.

Lire la suite

Mots clés : Absentéisme, Santé RH

Dans le n° 48 - Mars 2013

La loi HPST ou la résistible ambition d'une si parfaite verticalité...

C'est une parfaite, trop parfaite, "verticale" que dessine la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (loi HPST).

Le pouvoir descend rigoureusement et strictement sur cette "verticale" depuis le ministère des affaires sociales et de la santé jusqu'au corps intérieur des établissements publics de santé. Cette planification sanitaire d'origine étatique n'est certes pas nouvelle; elle est cependant pleinement réaffirmée par la loi HPST.

Lire la suite

Dans le n° 47 - Février 2013

L'hôpital aimant


Le recrutement des infirmières à l'hôpital est permanent. En particulier dans les établissements les plus isolés : une étude de la Drees a mis en avant une disparité territoriale de la densité infirmière de 1 à 1,7 d'une région à l'autre. La pyramide des âges vient en outre assombrir les perspectives. Le recrutement est souvent la tâche essentielle des responsables de l'emploi paramédical qui doivent faire face à un turn-over important.

Alors parfois tous les moyens sont bons : attribution de bourses, recours à des chasseurs de têtes et à l'intérim. Il faut parfois faire venir de l'étranger ces compétences indispensables au bon fonctionnement d'un établissement de santé.

Lire la suite

Mots clés : Attractivité, Infirmières, Santé RH

Dans le n° 46 - Janvier 2013

Une fin d'année assombrie par une tragédie, un début d'année qu'éclairera le pacte de confiance à l'hôpital ?

La fin de l'année 2012 fût endeuillée par le suicide d'une technicienne de laboratoire sur son lieu de travail, l'hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon. Âgée de 44 ans et mère de deux enfants, elle travaillait depuis 22 ans dans le service d'exploration fonctionnelle endocrinienne et métabolique de cet établissement.

Le plan de retour à l'équilibre financier aura eu raison des dernières résistances de cet agent qui donnait toute satisfaction dans l'exercice de ses fonctions. Il prévoyait en effet la réorganisation de la biologie hospitalière occasionnant un déménagement de ce service. Pour les différents acteurs de cet établissement ces circonstances ont, sinon provoquées, en tout cas favorisées une désespérance qui a conduit à ce drame. Le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, réuni en séance extraordinaire, a ainsi demandé la reconnaissance de ce suicide en accident du travail ainsi qu'une enquête destinée à " évaluer l'impact du contexte professionnel dans le suicide de la salariée ". Et les langues de se délier et de dénoncer une restructuration à marche forcée, une manipulation des agents, une absence de reconnaissance des compétences et des qualifications, une perte du sens du travail, des lacunes en termes de communication, d'information et d'accompagnement des personnels. De fait, une procédure d'accompagnement social des transferts avait été mise en oeuvre mais bien tardivement au regard tant du nombre de postes concernés (plusieurs centaines), que du calendrier (en octobre pour un déménagement prévu en décembre).

Lire la suite

Mots clés : Souffrance au travail

Dans le n° 45 - Décembre 2012

Décembre 2012 : le calendrier Maya peut-il concerner le système de santé?

Qu'arrivera-t-il le 21 décembre 2012 ?

Contrairement à la rumeur, les Mayas n'ont jamais prédit la fin du monde et encore moins fixé sa date. Ils avaient simplement calculé des cycles de vie, base du fameux calendrier Maya, le " Tzolkin ". C'est la combinaison de ce passage du temps avec le Tzolkin qui abouti au 21 décembre de cette année. Cette date correspondrait donc simplement à la fin d'un très grand cycle de vie...et au début d'un cycle nouveau.

Lire la suite

Dans le n° 44 - Novembre 2012

A son corps défendant

Sur un total initial de 685 corps de la fonction publique, 300 ont été supprimés entre 2007 et 2011 à l'initiative de l'ex RGPP. La question d'une éventuelle fusion des corps des Directeurs d'Hôpitaux (DH) et des Directeurs d'établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux (D3S) devient alors à son tour un sujet d'actualité.

Il est posé quelques mois après la loi relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique du 3 août 2009, laquelle contient des dispositions permettant de décloisonner les corps et les administrations. Cette loi offre aux fonctionnaires les moyens de construire des parcours professionnels hors de leur administration d'origine en leur garantissant des droits en matière de mobilité ainsi qu'un un accompagnement professionnel.

Lire la suite

Mots clés : Personnel de direction

Dans le n° 43 - Octobre 2012

Hôpital et santé publique : une rentrée morose en perspective

" Le gouvernement a fait le choix de faire de la santé une priorité en fixant l'ONDAM à 2,7% au lieu de 2,5% " a annoncé la ministre de la Santé au moment où la Commission des comptes de la Sécurité sociale faisait connaître les chiffres d'une lente réduction des déficits de l'assurance maladie et alors que les pouvoirs publics rendaient effectif un apport de recettes supplémentaires de 1,5 milliard d'euros dés cette année ( soit 5 milliards d'euros en année pleine) à cette même Sécurité sociale, dans le cadre du projet de loi de finances rectificative.

Ne faisons pas dans l'angélisme toutefois : un ONDAM à 2,7% rend nécessaire un énième plan d'économie dés cette rentrée. Le gouvernement va devoir en effet trouver plus de deux milliards d'euros pour pallier l'augmentation naturelle des dépenses de santé, de l'ordre de 4%.

Lire la suite

recevoir la newsletter